575 - Revue de haïku

Revue trimestrielle de et autour du haïku.

Accueil - Retour au numéro


Editorial
Damien Gabriels (France)

Bienvenue et bonjour à chacune et à chacun,

Difficile d'imaginer ma surprise (et mon plaisir) quand l'équipe de 575, par l'intermédiaire de Serge Tomé, m'a proposé d'être “l'animateur” du premier numéro de cette revue ! Face à une telle confiance, je n'ai pas hésité longtemps avant d'accepter de me lancer dans cette aventure, ... sans savoir alors où cela me ménerait. Je vous invite donc à découvrir le fruit de ces quelques semaines de travail, d'écriture, de collaborations, de nouvelles rencontres, ... en espérant que le résultat sera à la hauteur de la confiance qui m'a été offerte ...

Avant de présenter mes contributions à ce numéro, je voudrais commencer par saluer la naissance de cette nouvelle revue. 575 vient ajouter dans le paysage du haïku en français un format qui lui manquait et qui existe depuis de nombreuses années dans le haïku anglo-saxon (The Heron's Nest, Roadrunner, Simply Haiku, etc.). L'initiative de Serge Tomé permet au haïku en français de disposer d'un support supplémenaire de diffusion et d'ouverture vers l'extérieur, non pas concurrent mais complémentaire à ce qui existe déjà (revues et associations, sites et blogs personnels). Il n'est pas trop de formes différentes (et de qualité) pour étendre la présence du haïku en français, donner des points de vue variés à lire, faire découvrir des auteurs, ouvrir de nouvelles pistes de réfléxion et d'échanges, ...

Alors, ne boudons pas cette chance et sachons profiter pleinement de cette richesse !

Selon le principe voulu par l'équipe de 575, “l'invité” a carte blanche pour proposer ses contributions : présenter un auteur, parler de ses vues sur le haïku, susciter des articles, faire une sélection de haïkus, etc., etc. Le choix que j'ai fait repose sur deux principes : donner la parole à des auteurs et contributeurs que l'on ne lit pas souvent, offrir des approches variées.

En tout premier lieu, j'ai ainsi souhaité vous faire partager mon coup de coeur pour une auteure dont les haïkus sont un bonheur : '''Lucia Supova'''. Une écriture tout en finesse et en légéreté, par une jeune femme slovaque qui travaille au Luxembourg et compose en français! Je vous invite à la découvrir au travers de l'échange que j'ai eu beaucoup de plaisir à mener avec elle, puis par la lecture de quelques uns de ses haïkus, haïkus que nous n'avons que trop peu l'occasion de lire.

J'ai ensuite sollicité deux auteurs, trop rares également à mon gré, en leur proposant d'écrire un article sur le sujet de leur choix. Ils ont spontanément accepté et je les en remercie encore vivement. Je vous invite donc à retrouver ou à découvrir :

  • '''Yves Gerbal,''' auteur dont les recueils ''“Haïkus de Provence”'' et ''“Haïkus de Provence – Autres saisons”, ''par leurs textes et leurs préfaces, ont vraiment été à l'origine de ma découverte du haïku et m'ont donné envie d'en faire moi-même ; Yves nous propose ici une réflexion autour du haïku comme "poésie de l'effacement" : "Le haïku est là, entre parole et silence, toujours dans l’impermanence. Absolument présent, absolument éphémère".
  • '''Claire Landais''', que j'ai découverte par ses recueils ''“Au pays du chaud - froid“'' et ''“A l'ombre de la lanterne et du moineau”'' dans lesquels elle mêle avec bonheur textes courts et haïkus, un peu à la manière de haïbuns, à l'occasion de voyages en Inde et dans l'Himalaya. Claire, qui est également conteuse et anime des ateliers d'écriture, nous fait partager dans son article une belle expérience d'écriture du haïku avec des adolescents non voyants : '''“A l'école du haïku ...”'''

En complément de ces 2 articles, j'ai eu l'idée de demander à divers haïjins contemporains de me confier leur haïku favori, haïku de leur composition ou non, en l'accompagnant d'un petit commentaire sur les raisons de leur choix. Une vingtaine d'auteurs se sont prêtés au jeu : cela donne une galerie de textes variés où les auteurs lèvent un coin du voile sur leur approche du haïku ... et peut-être sur eux-mêmes : '''“Dis-moi quel est ton haïku favori et je te dirai ...”'''

En guise de contribution personnelle, et plutôt que de prétendre exposer mes vues sur le haïku, j'ai préféré mettre en avant quelques points qui me tiennent à coeur : l'attention, le regard, le concret et les sens. L'article s'intitule '''“ Du regard et de la soupe”''' ; je l'ai accompagné d'une série de textes réunis sous le titre '''“Haïkus en tous sens”''', qui me semblent illustrer ces points de vue.

Voilà pour ma contribution à ce numéro de 575 ! Réunir et/ou écrire ces textes, y réfléchir, contacter et échanger avec les uns et les autres fut une expérience personnelle très intéressante. J'espère qu'à votre tour vous prendrez plaisir à lire ces articles, ainsi que l'ensemble des autres articles qui font de ce numéro de la revue une publication réellement très riche et éclectique :

  • “Le plaisir de l'éditrice de livres de haïkus” par '''Isabel Asunsolo'''
  • “L'éclipse de lune et le haïku” par '''Serge Tomé'''
  • “Du plagiat dans le haïku ... ''ou Existe-t-il un nombre fini de haïkus ?''” par '''Serge Tomé'''
  • “Haïkus urbains” par '''Neko'''
  • la rubrique “haïbuns” de '''Meriem Fresson''', avec des textes de Daniel Py, de Philippe Quinta, de Jean Antonini, d'André Cayrel, d'Amel Hamdi Smaoui et de Monique Merabet

Voilà de la belle et bonne lecture ! Merci encore à tous et longue vie à 575 !

Damien Gabriels

Copyright Damien Gabriels, 2008