575 - Revue de haïku

Revue trimestrielle de et autour du haïku.

Accueil - Retour au numéro


Haïkus urbains
Daniel Py (France)

'''Catherine Belkhodja :'''

Rue de Belleville
les vélolibs descendent
mais ne remontent pas !
Couvert de lierre
le mur reprend vie
- jardin vertical

'''Irène Breslavtzev :'''

Au matin, givré,
le trottoir encrassé
scintille
Au soir,
le ciel gris et rose,
la ville s’y noie

'''Patrice Deregnaucourt :'''

Autoroute A1 –
beau temps juste un éclair
en fin de journée.
L’haleine blanche
les doigts engourdis
elle verbalise.
Nuage de poussière –
la barre des HLM
disparaît.
Manque un doigt –
déposant la pièce
dans la main tendue.
Dernier jour de l’an –
le vieux à la fenêtre,
est parti ce matin.

'''Frédérique Falaise :'''

Le chien tourne
Autour du tronc.
Un peu de terre sous la grille d’arbre
Devant moi, une muraille en terre
Je l’embrasse
1000 ans d’histoire sur mes lèvres
Bois de Boulogne,
Au bord du trottoir,
Des manteaux s’ouvrent.
Les voitures défilent
Les passants se bousculent
Et mon lacet au sol, défait
Une rue sinueuse
Au bout
Un arbre

'''William J. Higginson :'''

THE SMALL HOURS

(exerpts / extraits) :

the small hours
a sudden dampness
of spring rain
le petit jour
une soudaine humidité
de pluie printanière
spring colds
her snoring eclipses
my labored breathing
froids printaniers
son ronflement éclipse
ma respiration laborieuse
the spring night
an empty commuter train
streaks to its suburb
nuit printanière
un train vide
fonce vers sa banlieue
a silver maple
looms in the night sky
its tiny blossoms
un érable argenté
montre à peine au ciel nocturne
ses minuscules fleurs
the slow night
a cough from one direction
then from another
la nuit lente
une toux d’un endroit
puis d’un autre

'''Paul de Maricourt :'''

Trottoir détrempé –
Sur un petit pain rond
J’ai manqué glisser
Psychanalyste –
Seuls en salle d’attente
La mouche et moi
Tassés debout –
À chaque chaos du métro
Je rentre dans mon livre

'''Lydia Padellec :'''

Train de banlieue
conversation amoureuse 
entre deux mouches
Abri-bus cassé
cette nuit une araignée
tisse sa toile
L’ombre d’un papillon
butine l’ombre d’une fleur
sur le bitume
Ville lointaine
au bruit de la circulation
se mêle le coucou
Journée de janvier
entre deux murs de béton
se dresse une rose !

'''Daniel Py :'''

du plafond de la pharmacie
des chants d’oiseaux
entre les murs
de l’avenue
les arbres
dociles
longeant le mur blanc
la femme toute de noir
voilée
le vent
retrousse sa jupe
- sa main en feuille
le chant des oiseaux
ce soir
au milieu des tours

Copyright Nekojita, 2008