575 - Revue de haïku

Revue trimestrielle de et autour du haïku.

Accueil - Retour au numéro


Récit de voyage
Monika Thoma-Petit (Canada)

Première publication sur le blog de l'auteur ([http://www.xanga.com/home.aspx?user=MoHe&nextdate=7%2F21%2F2007+23%3A59%3A59.999 | http://www.xanga.com/home.aspx?user=MoHe&nextdate=7%2f21%2f2007+23%3a59%3a59.999)], au sein du texte intitulé ''Récit de voyage'', dont cet extrait constitue la septième partie. Le 6e haïku a fait l'objet d'une publication indépendante sur le site « La Route du Nord ».

Mercredi 17 juillet 2007

Récit de voyage (7e partie) : de Forestville à Baie-Comeau

Après avoir fait quelques achats de victuailles dans un supermarché à Forestville (selon nos informations le dernier avant d'arriver à Pointe-aux-Outardes où se trouve le chalet de Francine), nous reprenons la route pour la dernière étape. Encore une fois, les panneaux routiers sont étonnants.

Chute-aux-outardes

Poissonnerie Laprise

Motel Riviera


TOUS LES JOURS

FESTIVAL DU CHASSEUR

à Ragueneau


Motel L'An 2000

Bière et vin, Bar & Terrasse

danseuses


Haute-Côte-Nord

bled perdu, une affiche

PAS DE COLPORTEUR

Un autre moment fascinant, triste et rare – une image que je n'oublierai jamais :

bordure de la route

la marmotte flanquée

d'un vautour

Sur le coup, je ne pouvais que soupçonner que cet oiseau hideux, grand charognard noir à tête rouge, soit un vautour. Je n'en avais jamais vu, mais mon amie Danielle, la naturaliste et grande spécialiste des oiseaux, m'avait assuré qu'on en trouve au Québec. De retour à la maison, j'ai vérifié dans mes guides d'identification ornithologiques, et je suis maintenant certaine qu'il s'agissait non pas vraiment d'un vautour, mais plutôt d'un[http://rlortie.oiseaux.net/urubu.a.tete.rouge.1.html#fiche | Urubu à tête rouge]. La pauvre marmotte, victime de la route comme on en a vu beaucoup, allait donc rapidement entrer dans la chaîne alimentaire... et cet Urubu, avec son regard vigilant et sa posture hostile, n'avait pas l'air à vouloir partager son lunch avec qui que ce soit d'autre.

Heureusement, d'autres images de voyage viennent rapidement chasser cette impression qui m'a donné froid dans le dos.

route étroite

un camion porte sur son dos

une maison mobile


bras de mer

une volée de goélands

prend le large


paroi rocheuse

une clôture pour empêcher

l'érosion

Finalement, après avoir passé avec succès l'épreuve d'un rond-point (qui a priorité ???), une enseigne nous guide vers Pointe-aux-Outardes, où nous trouvons sans difficulté le chalet de Francine et Louise. Il fait encore clair et le paysage magnifique nous coupe le souffle.

[[v02n2MTP-DSC03777.jpg| |Monika Thoma-Petit]]

Ce n'est qu'après quelques minutes, alors que nous sommes en train de déposer nos bagages et de décider qui dort où, que je me rends compte que tous mes soucis sont inutiles :

Pointe-aux-Outardes

dans le chalet de Francine

pas un seul moustique

Nous nous dépêchons afin de nous rendre à temps au Centre culturel de Baie-Comeau, à quelques 20 minutes de route. C'est là où commence le mercredi soir à 17 h 30 le Camp haïku 2007.

Ce sont des moments joyeux de retrouvailles – la plupart des participant.es étaient déjà de la partie l'année dernière et même il y a deux ans. Après l'inscription auprès de Louise Saint-Pierre, tout le monde se rend au restaurant du Grand Hôtel où une excellente table nous attend. Nous ne prolongeons cependant pas trop la soirée, car le lendemain, le rendez-vous est fixé à 8 h 30 pour l'excursion à Sept-Îles.

De retour au chalet, on se couche bientôt. Mais le sommeil tarde.

ce silence

total et absolu –

absolu


quelle noirceur !

sans lune sans étoile

puis la pluie


Monika Thoma-Petit

Copyright Monika Thoma-Petit, 2008