575 - Revue de haïku

Revue trimestrielle de et autour du haïku.

Accueil - Retour au numéro


Dossier : haïku du printemps au Québec
Hélène Leclerc (Canada)

[[v02n4HMprint.jpg| |printemps| ]]

jour de la Terre
l'enfant donne un câlin
au globe terrestre

Jessica Tremblay

J'aime beaucoup cette image de l'enfant qui, dans un geste spontané et sans retenue, témoigne de sa tendresse pour notre petite planète qui a tant besoin qu'on en prenne soin.

Monika Thoma-Petit

_____________________________________________________________

sur les vitres
des traces de nez et de doigts
regardent encore la pluie

André Duhaime   Les enfants partis. Leur présence ressentie par ces traces de nez et de doigts sur la vitre embuée. Nostalgie. Le front sur la vitre froide.  Écrire un message ou dessiner un symbole sur la buée. Regarder la pluie à travers.

Jessica Tremblay

_________________________________________________________

fin mai
le magnolia s’épanche
au cœur des tulipes

Renée Simard

Dans un jardin public, j’ai vu cette chute de pétales. J’aime le sentiment de regret éprouvé dans la perte autant que la consolation espérée. Une de mes amies a écrit « le magnolia en pleur » au même jardin. Nos sensibilités se rejoignent.

Renée Simard

'''_____________________________________________________________'''

Tu peux prendre ton temps
j’attends sous le pommetier 
dans l’odeur fleurie

Line Michaud

Le printemps au Québec est un intermède entre l’hiver si long et l’été si pressé. Il ne dure pas longtemps, coincé qu’il est par les deux autres saisons qui débordent sur lui. Il est discret et c’est le glou glou de l’eau qui coule sous le banc de neige qui fond ou l’odeur différente d’un matin de soleil qui nous révèle sa présence. C’est un temps d’attente de jours vraiment chauds. Mais on lui donne le temps d’arriver, car il tient toujours ses promesses.

Line Michaud

'''_____________________________________________________________'''

La solitude
le froid du printemps
rien d'autre

Uemura Sengyo

Encore une fois je vérifie que saisir et traduire sa propre intimité rejoint en chacun la part universelle qu'elle contient. À peine quelques mots et la solitude inhérente à la vie est pleinement ressentie --- jusqu'au fond de l'être.

Hélène Boissé

'''_____________________________________________________________'''

beaucoup de bleu 
à travers le vert tendre
des feuilles

Monique Lévesque

''' ''' J'aime bien dire les choses sans les nommer. Ici des éléments nous font comprendre qu'il s'agit du printemps, mais il n'a pas été expressément nommé.

Monique Lévesque

_____________________________________________________________

Vent d’avril
Je ne sais quoi retenir
Jupe ou parapluie

Geneviève Rey

_____________________________________________________________

Au bord de la roche
Discrète bruyère des neiges
Douce à la caresse

Jean Deronzier _____________________________________________________________

même mon ombre
est pleine de vigueur
ce matin de printemps

Issa (Choix de Damien Gabriels)

_____________________________________________________________

oiseaux migrateurs
j'avais oublié qu'un jour
vous seriez de retour

André Duhaime _____________________________________________________________

La renaissance
De la nature
Qui se coiffe de bourgeons

Myriam Mothes

_____________________________________________________________

matin de printemps
des fenêtres enfin ouvertes
s’envolent les rideaux

Hélène Bouchard


Copyright Hélène Leclerc, 2008