575 - Revue de haïku

Revue trimestrielle de et autour du haïku.

Accueil - Retour au numéro


Historique du haïku d'ici
Hélène Leclerc (Canada)

Survol historique du développement du haïku francophone au Québec et Canada français.

1922 : L’écrivain et journaliste montréalais Jean-Aubert Loranger (1896-1942) publie ''Poëmes'', un recueil qui contient des « haïkaïs » et des « outas ».

1928 : Parution de ''L’immortel Adolescent ''(Québec, Le Soleil), de Simone Routier (1900-1987), un recueil où apparaît des « haïkaïs » et pour lequel elle reçoit le prix Athanase David (également appelé le prix de la province de Québec).

1975 : Monseigneur Félix-Antoine Savard (1896-1982) publie des haïkaïs dans son livre ''Aux marges du Silence'', publié à Québec aux Éditions Garneau.

1980 : Aux Éditions Naaman de Sherbrooke, Jocelyne Villeneuve (1941-1998) de l’Ontario publie son premier recueil de haïkus ''La Saison des papillons''.

1981 : André Duhaime fait son arrivée dans le monde du haïku en publiant ''Haïku d’ici (Éditions Asticou''), un recueil illustré et calligraphié par Dorothy Howard, avec quiil commence à donner des ateliers de haïku.

1982 : Le poète Alphonse Piché (1917-1998) publie des haïkus dans son recueil ''Dernier profil.''

1985 : Toujours aux éditions Asticou, sous la direction d’André Duhaime et de Dorothy Howard, c’est la parution de ''Haïku : anthologie canadienne /Canadian anthology,'' la première anthologie canadienne qui inclut des francophones. Cette anthologie est accompagnée d’un historique du haïku en anglais en Amérique du nord par Elizabeth Searle Lamb et d’un historique du haïku en français (de la France et du Québec) écrit par Bernadette Guilmette. Elle comprend des haïkus d’une cinquantaine d’anglophones et d’une dizaine de francophones.

1986 : Alphonse Piché publie ''Fenêtre,'' un recueil de haïku accompagné des estampes de Louise Lavoie Maheux. Édition limitée à douze exemplaires numérotés et signés par l'auteur et l'artiste plus huit exemplaires hors commerce.

1987-1990 :  Période prolifique pour André Duhaime, il publie plusieurs recueils de haïkus, de tanka et de renku : 

1987 : ''Pelures d’oranges/Orange Peels'', (haïkus) traduction de Dorothy Howard, Asticou.

1988 : ''Au jour le jour'', (haïkus), Noroît.

1989 : ''Voyage parallèle/Parallel Journey'' (renku avec LeRoy Gorman), Asticou.

1990 : ''Traces d’hier'' (Tanka), Noroît.

1993 : ''D’une saison à l’autre'' (renku avec Lisa Carducci), Le Loup de gouttière.

1994 : Publication de ''Errances''aux éditions Loup de Gouttière. Il s’agit du premier recueil de haïkus de Carol Lebel.

1997 : Création par André Duhaime, du site Web « Haïku sans frontières », lequel, nous le savons tous, a fortement contribué à l’éclosion du haïku francophone d’ici et d’ailleurs. L’importance de ce site se mesure par l’émergence d’une nouvelle vague de haïkistes.

Jeanne Painchaud publie son premier recueil (''Je marche à côté d'une joie'', Les Heures bleues) et elle commence à enseigner le haïku dans le cadre d’ateliers de création littéraire au Service d'animation culturelle de l'Université de Montréal.

1998 : Aux Éditions David, André Duhaime publie ''Haïku sans frontières, une anthologie mondiale.'' Il s’agit d’une publication sous forme de livre de l’anthologie déjà en ligne. Concernant le haïku, il s’agit entre autres du premier contact éditorial entre le Québec, la France et la Belgique.

2000 : Parution de la première anthologie consacrée exclusivement aux haïkus francophones du Canada : ''Haïku et francophonie canadienne'', publiée aux Éditions David sous la direction d’André Duhaime. Cette anthologie regroupe quarante-cinq haïkistesfrancophones.

2000 : Les premiers rassemblements de haïkistes se font au Jardin botanique de Montréal lors de trois week-ends d’automne, en 2000, en 2001 et en 2002, sous la codirection d’Angela Leuck etde Jeanne Painchaud.

2001 : Publication de ''Chevaucher la lune, ''une anthologie du haïku contemporain en français sous la direction d’André Duhaime aux Éditions David. Cet ouvrage regroupe les haïkus de plus d’une centaine de poètes provenant principalement du Canada, de la France et de la Belgique.

Avec les recueils ''Haïkus de mes cinq saisons'' d’Évelyne Voldeng d’Ottawa et ''Mon île muette'' d’Alain Raimbault du Nouveau-Brunswick, les Éditions David ouvrent leur collection Voix intérieures – Haïku. Au fil des années, ils publieront une trentaine de haïkistes en solo.

2002 : Sous la codirection d’André Duhaime et de Francine Chicoine, ''Dire le Nord ''paraît aux Éditions David'', ''un collectif de haïkus sur le thème de la nordicité.

2003 : À la suite des rencontres au Jardin botanique de Montréal, (en 2000, 2001 et 2002) Maxianne Berger et Angela Leuck publient une anthologie des haïkistes de Montréal (canadiens-français, canadiens-anglais et canadiens japonais) sous le titre''Sun Through the Blinds ''(Shoreline Press).

Dès la naissance de l’Association française de haïku (AFH), Micheline Beaudry suggère l’idée d’une branche québécoise et canadienne française à l’AFH et cette idée se concrétise.

Publication aux Éditions David de'' Dire la faune, ''un collectif de haïkus sous la direction de Francine Chicoine.

2004 : Tenue du premier Camp haïku de Baie-Comeau, animé par Francine Chicoine, directrice de la collection haïku des Éditions David. Depuis 2004, elle accueille chaque année près d’une trentaine de haïkistes de partout au Québec. (Baie-Comeau est une ville située sur la Côte-Nord du Fleuve Saint-Laurent, à environ 650 kilomètres de Montréal.)

2004 : Parution du collectif ''Dire la flore'' aux Éditions David, sous la direction de Francine Chicoine.

2005  : À la fin du mois de mai, en organisant un souper de haïkistes à Montréal, Micheline Beaudry fonde ce qui deviendra le groupe Haïku-Montréal (GHM).

Initiée au haïku par Momoko Kuroda pendant qu’elle vivait au Japon, Abigail Friedman profite de son séjour à Québec en tant que Consule américaine pour créer le groupe Haïku-Québec, un des premiers groupes de kukaï traditionnel japonais en Amérique du Nord.

2006 : Dans le cadre du Marché de la poésie de Montréal, Jeanne Painchaud présente son projet Parcours poétique - Sous vos pas des poèmes. Il s’agit d’un parcours de 20 haïkus inscrits directement sur les trottoirs du quartier Plateau-Mont-Royal de Montréal.

Le 26 août, au Morrin Center du Vieux-Québec, le couple William J. Higginson et Penny Harter sont les invités d’Abigail Friedman. M. Higginson prononce une causerie intitulée « Des différents contextes du poème japonais : le haïku, le tanka et le renga ». La journée se termine avec un atelier de renku dirigé par le célèbre couple américain.

Parution de ''L’érotique/poème court/haïku'' codirigé par les deux Québécoises Micheline Beaudry et Janick Belleau (éditions Biliki, Belgique). Il s’agit du premier collectif de haïkus érotiques en langue française.

2007 : Haïku Canada newsletters ouvre sa revue à des pages en français. Micheline Beaudry devient la responsable de cette section en collaboration avec LeRoy Gorman, l'éditeur de la revue Haïku Canada.

2008 : Publication de ''Carpe Diem'', la quatrième anthologie canadienne de haïku. (Éditions David et Borealis Press), elle comprend 40 haïkistes anglophones et 40 haïkistes francophones publiés dans leur langue respective.

2008 : Publication de ''Regards de femmes'', un collectif de haïkus consacré aux poètes haïkistes féminines contemporaines, publié conjointement par les éditions Adage et l’Association française de haïku, sous la direction de Janick Belleau.

Aux Éditions Vents d’ouest (collection ado), sous la direction d’André Duhaime et d’Hélène Leclerc, publication de ''Pixels'', un collectif de haïkus sur le thème des nouvelles technologies.

Publication aux Éditions David de ''Toucher l’eau et le ciel ''sous la direction de Francine Chicoine.Ce recueil regroupe des haïkus sélectionnés parmi ceux rédigés au Camp Haïku de Baie-Comeau depuis 2004.

En octobre, le Festival de l’Association française de haïku a lieu pour la première fois au Québec. Une douzaine d’Européens et une cinquantaine de Québécois et de Canadiens français se réunissent pour le long week-end de l’Action de Grâce au 7400 rue St-Laurent, à Montréal.


Copyright Hélène Leclerc, 2008