575 - Revue de haïku

Revue trimestrielle de et autour du haïku.

Accueil - Retour au numéro


Voyage au fond d'une mère - Anne-Marie Labelle
Micheline Beaudry (Canada) présenté par Hélène Leclerc

Voyage au fond d’une mère

Anne-Marie Labelle

Christian Feuillette Éditeur, 2006.

Comédienne et photographe, Anne-Marie Labelle a signé deux ouvrages à caractère social rehaussés de photos, qui font l’objet d’expositions itinérantes, Scènes de vies conjugales (Les hommes et Les femmes). Voyage au fond d’une mère est son premier recueil de poésie.

Dans ce «journal de bord» regroupant des poèmes, des haïkus ainsi que des photos, l’auteure, célibataire de la mi-quarantaine, nous parle de son désir de maternité. À travers une expérience d’insémination artificielle, se déroulant sur une période de six mois, elle dévoile ses états d’âme à l’affût de son corps et de tout ce qui, autour d’elle, devient résonance à l’enfance, à la fertilité.

Post propos

Rarement un texte a rejoint la femme en moi, à ce point. Lire ''Voyage au fond d’une mère ''m’a ouvert la porte de la maternité inaccomplie pour accéder à la maison de la ''maternitude''. Les saisons n’étaient plus les débordements du printemps à la suite des bleus figés de l’hiver mais aussi les cycles féminins et leur incertaine fécondité. Il n’y a pas dans ce recueil de procédés littéraires. C’est la «bio graphie» au sens fort du terme : l’écriture du bio, du corps. Le corps avec ses promesses, le corps et ses ratés.

penchée sur la table
douleur aux mamelons
signe ou leurre

Exceptionnel, dans la poésie ce genre de texte. Certaines auteures, telle Monique Avons, ont pu calligraphier leur maternité en esquissant des cercles. Mais chez Labelle, célibataire dans la quarantaine, la femme moderne va vers un mouvement circulaire qui la laissera vide. Le recours à une forme japonaise de poésie est tout indiqué pour traduire avec du non-dit le non avenu.

après la baignade
trace de sel sur l’épaule
marée basse

Les cris étouffés des femmes chinoises et japonaises des siècles antérieurs y sont convoqués très sobrement. Les lunes boréales dont on guette le lever au-dessus des anses offrent une plénitude de mélancolie à la femme laissée seule. Aucun bras ne l’entoure, aucun amour ne la rassure et elle entre dans la mer en regardant l’horizon. De ce lointain, lui viendra l’enfant orpheline.

''seule''
''j’avance''
''bouteille à la mer''
''la main sur ton image''
''c’est toi enfant''
''la suite du monde''
''tu me la redonnes''
''avec tous les nuages qui sautent mouton''
''et les soleils mugissants''
''dans les champs de blé''

Que des émotions aussi fortes soient rendues dans un style métissé de lyrisme poétique et du haïku bridé me laisse émue et loin des analyses classiques. En lisant ce recueil, on peut avoir un accès direct au fond d’une mère comme le dit si bien le titre. L’écriture d’Anne-Marie Labelle éveille en nous, toutes les étapes de nos maternités ordinaires ou traditionnelles.

Un recueil qui a l’allure d’une sculpture inavouée, dans des tissus vaginaux vivants et créateurs.

Micheline Beaudry
Membre de l’UNEQ

Copyright Micheline Beaudry, 2008