575 - Revue de haïku

Revue trimestrielle de et autour du haïku.

Accueil - Retour au numéro


Haïbun 12
Jean Antonini (France)

« Ville de Lyon », à Nina

28 février 2006, le dernier jour du mois. Sors du CNP Terreaux, vu « The Saddest Music in the World », un film qui lui aurait plu, avec de l’amour impossible à chaque tournant de rue, une image glauque qui échappe à la destruction d’elle-même, encore un filet d’amour, ouais. Il a plu. Le trottoir, rue du Président-Herriot, est mouillé. Les lumières brillent. C’est frais. Devant moi, un grand type avec des ''boots'', un manteau noir et une perruque blanche frisée, et ses copines. C’est Mardi gras. Dans la devanture de Massimo Dutti, il y a un mannequin dont je suis amoureux. Elle porte une jupe en tulle noir, une veste beige très élégante, des chaussures beiges à talons. Visage fin, blonde, coiffure de garçon. Elle te plairait, Nina. Je ne lui ai pas trouvé de nom, pas de nom. Son maquillage a coulé, s’est dissous dans les flaques d’eau, sur le trottoir de la rue du Président-Herriot.

Pétales déployés
dix tulipes blanches et roses
en train de mourir

Dans une chanson, Waits grav’ bourré prend la lune pour un pamplemousse.

Dans la tulipe
je sentais s’ouvrir    rouge
le mot : pétale

 

Jean Antonini
11 février 2009

Copyright Jean Antonini, 2009