575 - Revue de haïku

Revue trimestrielle de et autour du haïku.

Accueil - Retour au numéro


Se soigner par les plantes.
Serge Tomé (Belgique)

Quelle différence existe-t-il entre prendre une tisane ou un somnifère pour mieux dormir ? Rationnellement, le somnifère est plus efficace, plus rapide. Il est aussi plus "court" en significations, en richesse sémantique. On prend un comprimé et c'est parti. C'est net, "clean".

Le comprimé est parfois blanc. Neutre. Parfois il est coloré en rose ou bleu. Le fabricant ajoute là un lien sémantique avec la "vie en rose", le bleu du ciel, des rêves, de l'Espoir (en Occident). La couleur est pastel et rarement dure. On voit par là qu'il essaie de donner à l'objet neutre des liaisons sémantiques avec notre Imaginaire.

La tisane, c'est autre chose. Il faut préparer l'eau, les plantes, souvent en poudres, ce qui atténue le lien avec "la Nature". Mais peu importe, en poudre ou en feuille, c'est la "Nature" qui est évoquée, invoquée. Avec la tisane, souvent moins efficace, c'est ce lien avec la "Nature", et sa place dans notre Imaginaire, qui fait le plus d'effet. Il y a là une recherche du contact souvent perdu pour nous, citadins, avec le monde physique, avec un Temps différent, plus lent, avec tout un mystère de relations supposées entre les choses. La tisane, c'est la matérialisation de notre vision intime holistique du Monde. Holistique, au sens où tout est en relation avec tout. Le tilleul, c'est le parfum des fleurs, le bourdonnement des abeilles saoulées par les fleurs, l'ombre du feuillage, le vent dans la ramure. Les fleurs séchées, c'est la chaleur de l'été, le bruissement des feuilles, le souvenir des promenades sous les allées d'arbres en fin d'été...

Peu importe si la boite vient de la pharmacie, d'une grande surface, si l'emballage signale "made in China" ou un autre pays lointain. Ce n'est pas la réalité des choses qui compte, c'est la projection de notre Imaginaire que nous faisons sur elles.

Il est important de bien comprendre ce lien que nous entretenons avec la "Nature", le "Monde". Ce lien est essentiel à notre équilibre. Il nous rassure parce que grâce à lui, nous trouvons, retrouvons une place dans ce système si complexe du "Monde" fait de sensations physiques, d'émotions, de cycles saisonniers, de Temps qui passe...

C'est en cela que les mots de saisons, les références aux petites choses qui nous entourent, aux phénomènes naturels atmosphériques, aux sensations physiques (toucher, sons, goûts, odeurs...) sont essentielles à produire la magie du haïku.


CC-NC-BY, Serge Tomé, 2009