575 - Revue de haïku

Revue trimestrielle de et autour du haïku.

Accueil - Retour au numéro


Hier
Hélène Boissé (Québec)

Je songe à ces cinquante et quelques années où j’ai tout fait à la course, parce que la vie pressait. Parce qu’on m’avait appris que la vie voulait ça. Dès l’aube, il fallait vite faire et tout au long du jour faire parfaitement. Rien d’autre n’importait. Qu’une seule option, se dépêcher. Toujours se dépêcher, du lever jusqu’au coucher. Même s’endormir, même se reposer le plus rapidement possible. Parce que demain la course allait reprendre. Il faudrait aussi aller d’une chose à l’autre. D’un lieu, d’une servitude à l’autre. Sans fin. Jusqu’à la fin.

Il faudrait emboîter le pas du monde. Même si celui-ci n’avait aucune destination.

grand silence     hier
le bruissement des ailes
de deux corneilles

Copyright Hélène Boissé, 2009