575 - Revue de haïku

Revue trimestrielle de et autour du haïku.

Accueil - Retour au numéro


Pentecôte
Claire Gardien (France)

Ma petite main dans celle de Pep. Dans mon autre main, la canne à pêche. Pep, lui, porte le seau à vers. On va à la pêche.

On marche sur le côté de la route ; nos ombres, gigantesques ; celle de Pep, et la mienne, avec un chapeau de paille.

une toute main 
dans une grande
-- celle de la locomotive

Pas un mot. On avance en chœur. Nos cœurs, implicitement, parlent le même langage.

Tiens, dit Pep, aujourd’hui, on va pêcher sur la passerelle. Fais bien attention, il y a un grand trou d’eau. Si tu tombes, tu te noies.

La rivière est bien en dessous de la passerelle. Beaucoup de remous aussi. L’eau est sombre, profonde. Les arbres, agités, dodelinent de gauche à droite. Les arbres sont aussi sombres que l’eau.

Ma ligne, bien serrée dans les deux mains, s’enfonce dans l’eau avec le gros ver du jardin que Pep a piqué à l’hameçon.

Soudain, un gros tiraillement. Je me retrouve plaquée contre la rambarde. Jusque là, je n’ai pêché que du menu fretin.

Pep me rattrape. J’ai failli être happée par le drôle de poisson.

de la rivière Ness
au bout de la ligne
--- un gros goujon

Copyright Claire Gardien, 2009