575 - Revue de haïku

Revue trimestrielle de et autour du haïku.

Accueil - Retour au numéro


Palmae haibun
Catherine Belkhodja (France)

J’ai une vraie fascination pour les palmiers.

Visiblement je ne suis pas la seule car des papillons virevoltent gracieusement parmi les palmes. Un amour pas totalement désintéressé lorsqu'il s'agit du ''Paysandisia archon''. La danse nuptiale se transforme alors en cauchemar : une vraie terreur pour les palmiers.

''Paysandisia archon'' §Une escadrille ravageuse §Amour-trahison

Tous les palmiers n’ont pas la même attitude au soleil. En Orient, ils restent très pudiques, dans le respect des traditions locales. Dans les îles, le premier geste des touristes est de se faire dorer sur toutes les coutures. Les palmiers les imitent aussitôt : le ''Lodoicea maldivica'' (« cocotier de mer ») produit la plus grosse graine du règne végétal, appelée « Coco-fesse ». Elle peut dépasser 20 kilos et est en pleine forme.

été aux Seychelles
Même le ''coco des mers''
exhibe ses fesses

La nudité favorise les rencontres. De fil en aiguille, il arrive que ces rencontres se transforment en aventures. Parfois même l’amour s’en mêle : les palmiers en sont encore parfois les victimes, « les histoires d’amour finissent mal en général ».

Palmier ''Calamus''
né libre, rebelle – mais dompté
finir en corbeille

Les palmiers du genre ''Calamus'' se rencontrent principalement en Asie du Sud-Est. La plus grande diversité se trouve dans les forêts de l'Ouest de la Malaisie ». « Le terme de “calamus” (du grec ''calamos'' qui signifie “roseau”) fait référence aux tiges minces semblables à du bambou. » En Algérie, il existe une longue tradition de vannerie en rotin.

Ceux qui se désespèrent ont tendance à se réfugier dans la dive bouteille.

Albumen précieux
d'un ''éléphant végétal''
de l'ivoire à boire !

« Le genre des ''Phytelephas'', plus communément appelés “éléphants végétaux”, regroupe des palmiers originaires d’Amérique du Sud ou d’Amérique centrale. Le “palmier à ivoire”(''Phytelephas aequatorialis'') se trouve en Équateur. C'est un palmier dioïque aux grandes palmes paripennées qui forme au sein de la forêt pluviale des bosquets dans les vallées humides et le long des rivières. Ses fruits, qu'il commence à produire au bout d'une quinzaine d'année, contiennent un albumen qui, lorsqu'il durcit, forme l'ivoire végétal ». Quand il est frais, l’ivoire est une boisson désaltérante, mais lorsqu'il devient corné, il se transforme en une substance solide, utilisée pendant un siècle dans la fabrication de boutons et de bijoux, qu’on offre à Noël ou au Nouvel an.

Selon la tradition française, les facteurs aussi viennent recevoir leurs étrennes.

Chouchou du facteur
l'arbre du calendrier
le palmier-dattier

« Le palmier-dattier est cultivé dans les oasis sahariennes. Il s'agit du ''Phoenix dactylifera ''(famille des Arecaceae, sous-famille des Coryphoideae) qu'on ne trouve jamais à l'état sauvage et qui nécessite beaucoup de soins. » Datte du palmier ou date du calendrier, une nouvelle vie commence…

Croquant une datte
''Phoenix dactylifera''
- renais de mes cendres

Rien de plus facile que de faire pousser un ''Phoenix Dactylifera'' : achetez des dattes les plus fraîches possibles (surtout pas sèches). Après dégustation, récupérez les graines, et plongez-les dans l'eau tiède. Après 24 h, plantez-les dans du terreau. La germination peut être très longue (jusqu'à six mois), mais en général elle se produit deux mois après la mise en terre.

Vanité, vanité… Tout n’est que Vanité… Même le palmier peut être pris en flagrant délit de quelques vanités :

Fier comme un dindon
s’accroche sa décoration
palmes académiques

Fuir le monde… S’exiler sur une île… Dans le Sud, près de l’Espagne…

Bizarre - un ''Phoenix''
''canariensis'' et pourtant
- point de canari !

Le ''Phoenix canariensis'' n'est pas un arbre à canaris comme on dirait d'un arbre à papillons. Il est appelé ainsi car il provient des îles Canaries. Le ''Phoenix canariensis'' vient d'un pays chaud mais a une bonne rusticité, de l'ordre de - 10°C ou moins. Il s’est donc naturalisé dans des pays au climat tempéré ou subtropical. En France, il est couramment cultivé sur la Côte d'Azur et le pourtour méditerranéen où il orne parcs, avenues et jardins. On le rencontre de plus en plus fréquemment dans les parcs et jardins du pays basque, de la Bretagne, et même autour de Paris (rue Curial, par exemple). De très beaux spécimens sont également présents en Suisse, dans le canton du Tessin.

Très loin du palmier suisse, il en est un qui évoque le grand Harem d’Istambul :

Grand roi du Hoggar,
seul parmi les cent femelles
trône le ''dokkar''

Le palmier-mâle, appelé ''dokkar'' en Algérie, est assez rare : on en compte souvent un pour cent pieds femelles. Comme la pollinisation se fait par le vent (anémophilie), on doit procéder à une pollinisation artificielle par clonage ou par prélèvements de drageons. La polygamie en Algérie est limitée à quatre épouses. Dans ce pays, d'après le code de la famille actuel, une femme ne représente qu'une demi-voix du point de vue juridique. Cependant, dans les tribus touaregs, le matriarcat est plus de rigueur et contrairement aux autres coutumes du pays, les hommes sont eux aussi voilés : on les appelle les hommes bleus du désert. C’est dans le Hoggar, chaîne de montagne du Sahara située dans le Sud de l’Algérie, que se trouve le tombeau de Tin Hinan, l’ancêtre des Touaregs. Le Hoggar sert aussi de réserve pour de nombreuses espèces végétales, en voie de disparition. Hélas, depuis quelques années, une mystérieuse maladie décime les palmiers.

Noires épidémies
Traversant mon Sahara –
Jusqu'aux oasis

Copyright Catherine Belkhodja, 2009