575 - Revue de haïku

Revue trimestrielle de et autour du haïku.

Accueil - Retour au numéro


Katrina
Hélène Boissé (Québec)

Passés les quelques arbres qui clôturent le potager, rien qu’un brouillard épais, laiteux. On dirait le bout du monde. Le ciel entier est un nuage de bas niveau. Un avion passe, bruyant mais invisible. À part le chien et les chats qui ne s’éloignent pas encore, personne.

Avant de sortir prendre l’air quelques minutes, j’ai préparé le café au lait et l’assiette du petit déjeuner : un croissant, du fromage à la crème, une grappe de raisins rouges, une portion de confiture fraîche aux bleuets.

Quelqu’un a téléphoné pendant que j’étais dans la balançoire, à contempler le temps.

rien sur le répondeur
un silence confus
enveloppe la maison

Entre deux bouchées, j’apprivoise les titres des premières pages des journaux du week-end, sans lire plus d’une phrase ou deux de certains articles. Je laisse les images me raconter les déchaînements de l’ouragan Katrina : dévastée, complètement détruite la Nouvelle-Orléans.

ce titre imprimé dans la tête —
« C’est toujours les pauvres
qui meurent en premier »

Copyright Hélène Boissé, 2009