575 - Revue de haïku

Revue trimestrielle de et autour du haïku.

Accueil - Retour au numéro


L'Opus Haïku
Claire Gardien (France) présenté par Serge Tomé

Première partie : « le contenant »)

Il surgit de nulle part et de partout, à la fois. L’instant d’un instant, il se fraie un chemin dans les méandres de la pensée et l’esprit n’a de cesse que de se l’accaparer, comme s’il n’était pas sien. Ses dix-sept syllabes lui confèrent une fluidité, une non appartenance à son créateur. S’il est un instantané, il n’en est pas moins réflexe de la pensée.

tiens ! il pleut
des gouttes
sur le carreau

Dix-sept syllabes, au plus, captées par l’intellect, disposées en trois lignes 5/7/5, dix-sept syllabes en un souffle, qui respirent, ouvertes sur la réalité du monde qu’elles imagent dans ce bref poème de prose, et offertes à l’interprétation de tous.

harmonie du soir
deux tourterelles sur le toit
roucoulent face à face

Un poème qui ne s’explique pas ! Il se situe en lui-même dans son contexte propre, il ne demande ni antécédent, ni suite. Chacun interprète à sa guise les trois lignes posées sur le papier, un ouvrage d’art sans artifices. Sil ne demande pas de raisonnement spécifique, il est un ''rebond de balle'' pour le lecteur car il s’articule sur deux ou trois images,

clouds seen 
through clouds
seen through
(Jim Kacian)
des nuages transparaissent
au travers des nuages
eux-mêmes transparents

On note donc, trois images, ou trois étages de nuages. La disposition sur trois lignes facilite l’exploration de ce haïku vertical. On peut également l’écrire en une seule horizontale, à la manière japonaise. En lisant ce haïku horizontal, les trois lignes ménagent deux pauses imposées par le nombre de syllabes, un rythme s’impose de lui-même, dégageant nettement les trois images l’une de l’autre. Ces pauses ne sont pas illusoires ! Elles structurent le temps interne du haïku et explorent le contenu en mettant simultanément en scène les deux ou trois images..

Autre discipline que s’impose le haïjin dans la construction de ses haïkus, le ''kireji. ''Un tiret long qui, placé en fin de première ligne appelle à une césure. Dans un 5/7/5, on parle alors de ''hokku'', haïku d’introduction d’un renga/renku. La césure peut aussi être en fin de L2, et, de la même façon, casse le rythme et invite le lecteur à une relecture du haïku lui donnant une impression de finitude et d’autosuffisance du texte.

dans ses mains
le journal de la marine –
transat à la rame

La césure se place également dans le courant d’une ligne, donnant ainsi deux images en reflet l’une de l’autre,

bambous pleureurs sur
le fleuve Li – un pêcheur
allume sa lanterne

La césure est, cependant, évitée par les habitués du haïku. Ce qui permet, notamment, d’amener progressivement une L3 par une ''ellipse ''ou trois petits points afin de ménager une tension dans la lecture, par exemple,

bourses maussades
au dernières informations
... les actions chutent

Le kigo ou un mot de saison, situe le haïku dans l’une des quatre saisons de l’année. Le kigo peut être aussi représenté par des expressions où figurent un substantif porteur d’une ambiance saisonnière. Le français choisira l’agneau (par exemple) pour le printemps… Mais, aussi les fêtes (religieuses ou païennes) qui ancrent un temps dans le temps. Chaque pays, voir même chaque région ont ces repères dans le temps, sortes de rituels antiques servant aussi à relier les humains.

communion du dernier né
l’aîné de l’aîné 
en brassard aussi

La ''canicule ''fera l’objet d’un mot de saison d’été, mais aussi le Q''uatorze'' ''Juillet'' (fête nationale) ou le Q''uinze Août'' (fête religieuse). Les ''balles de foin'' viendront illustrer l’automne et le ''givre, ''la ''neige'', l’hiver. La ''sieste'', dans le midi, désignera un rituel de l’été et de l’humain, tandis que les ''épis de blé ''dans le nord seront été et récoltes prochaines.

Le haïku peut aussi s’articuler autour d’un pivot, un simple mot ou une L2 ; s’il s’agit d’une L2, le haïku aura une ligne centrale que l’on pourra raccorder, L1 et L2, où L2 et L3,

crépuscule de juin
le ventre vide il se rassasie
dans les fraisiers

S le haïku jaillit soudainement à l’esprit, il relève, donc et aussi, d’une sévère discipline. Discipline de l’esprit dont le but sera d’orienter le lecteur. Néanmoins, le lecteur reste libre de son interprétation. La pensée vagabonde dans les images du haïku. Elle tente de percevoir le non-dit de l’auteur, ce qui se cache sous les mots dits. Le haïku est alors ''enrichissement personnel.''


Copyright Claire Gardien, 2010