575 - Revue de haïku

Revue trimestrielle de et autour du haïku.

Accueil - Retour au numéro


L’existence du haïku urbain
Nekojita (France) présenté par Daniel Py

Le haïku, forme poétique qui nous vient du Japon, est d’abord la faculté d’appréhender le monde et de l’interpréter, quel qu’en soit son environnement.

Le haïku « urbain » propose une approche contemporaine. Les saisons y sont présentes à travers de nombreux indices, dont :

La chute des feuilles en automne :

§une feuille §en avant-première §sur les planches

La faune :

§une nuit dehors §la jeune pie retrouve §la gîte du sapin

L’habillement :

§chaleur estivale – §les torses nus fleurissent §sur le macadam

Les périodes de fêtes :

§marche du soir §vers le marché de Noël – §un cadeau

Mais la ville ce sont aussi ses traces :

§serré dans ses bras §elle lui ôte son pantalon §vitrine en cours

Son bruit :

§léger friselis §dans la rumeur des voitures §le bain du merle

Sans oublier l’armée des travailleurs de l’ombre (agents de la voierie, jardiniers, fontainiers…) qui concourt à la rendre belle :

§le jardinier §tire sur le lierre §il tombe de haut

Ses lumières :

§crépuscule – §la lune minuscule §sur le réverbère

Son fleuve :

§sur la Seine §brisés par une péniche §mille éclats de verre

Ses ponts :

§du koto à la flûte §un pont

Et bien d’autres choses encore… La nature restant présente en ville :

§bruit de tasses – §un ramier renverse §le reste du café

Tout peut être dans la ville source d’inspiration, alibi d’écriture. Un parcours urbain tout à fait courtois. Kigo or not kigo, là n’est pas la question.

Nekojita, fév. 2008

Copyright auteurs, 2008