575 - Revue de haïku

Revue trimestrielle de et autour du haïku.

Accueil - Retour au numéro


Le haïku à message
Serge Tomé (Belgique)

Le haïku est pour moi une notation. Ce qui veut dire que le contenu est perçu avant la production du discours. Il y a d'abord une situation préexistante, puis une perception et enfin une transcription. Le haïku est ainsi objectif au moins au premier niveau d'analyse. On objecte souvent que rien n'est objectif, surtout pas la sélection, le tri des images entre celles qui sont simplement vues et celles qui sont perçues, c'est à dire qui sont analysées et rattachées au fonds personnel collectés au fil de la vie. Ce mécanisme, dont la plus grosse partie est inconsciente, est évidemment non objectif. Cependant son aspect subjectif ne provient pas de la volonté mais de la partie inconsciente de notre relation au Monde au travers du regard.

Le "haïku" à message est tout autre. On pourrait dire qu'ici, l'intention précède l'action. J'ai quelque chose à dire, à exprimer. Je le mets en forme de haïku pour bénéficier de l'efficacité de la forme.

Cette technique est largement utilisée en action politique, commentaire d'actualités, mais aussi dans le haïku érotique. Elle produit des résultats médiocres parce que l'auteur est pressé de "délivrer son message", de "dire ce qu'il veut dire". Cela a tellement occupé son esprit lors de la rédaction que l'on ne voit plus que cela. Le reste est "habillement", un pauvre vêtement vite jeté sur le message afin de lui donner l'aspect requis. Car c'est une technique bien difficile que de vouloir dire quelque chose en ne le disant pas... Il arrive même des cas où l'auteur en rajoute en disant explicitement ce que le lecteur doit comprendre. On ne sait jamais, si celui-ci ne saisissait bien...

§entre Bourse et McDo §l'image des bombes §américaines

§drapeau de la Paix §puis du Hezbollah §le vent se lève

§Omaha Beach -- §le tonnerre des vagues §sur la plage

§ils veulent le petrole ... §sur mes plages tant d'oiseaux §mazoutés

§ma main §sur le trait de scie de l'arbre coupé §demain la guerre

§drapeau US §plus de rouge que d'étoiles §ce soir

§pendant l'amour -- §les cigognes sont passées §et n'ont rien laissé

§après l'amour --une odeur d'incendie §sur sa peau

§pleine lune -- §de derrière on voit bien §son string

§partouze -- §dans un bac pêle-mêle §des vis et des écrous

§mon trouble §au creux de ses seins §soir d'été

Dire les choses sans le dire est complexe. Il faut d'abord veiller à ne pas dire explicitement le message et laisser ainsi la structure en creux. Le lecteur le déduirait et cela n'en sera que plus efficace. On économise aussi pas mal de place, toujours si rare en haiku. Et puis, on ne prend pas le lecteur pour un idiot.

§pluie -- §dans son décolleté §l'éclat des perles

§pleine lune -- §le satin noir de son body §sur le parquet

§violoncelle -- §l'archet qui court §entre ses jambes

Sur le 11 septembre :

§gouttes de pluie §dans la couche de cendres fines §table encore dressée

§cercles de lumière §des hommes parmi la ferraille §fouillent

§regards fixes -- §photo avec quelques hommes §sur fond de ruines

Les choses sont parfois beaucoup moins claires. Dans certains cas, le message est là, latent, au bord du seuil d'expression et une situation adaptée se présente. Elle est alors utilisée pour "habiller" le message. C'est une communauté d'intérêts qui produit alors l'écriture.Moins il y aura d'explicite, plus le haïku sera efficace. Surtout s'il se base sur une configuration d'éléments qui "jouent" dans le même sens que le message.

§vendredi saint -- §les clous de la Croix §raids sur Gaza

§rentrée scolaire ... §un peu poussière de craiesur sa burkha

Pas d'exemples négatifs d'autres auteurs que moi pour appuyer mes propos. Il suffit de lire un peu pour en trouver.


CC-NC-BY Serge Tomé, 2010